Assurance pret immo les banques ont commencé à resserrer leurs conditions de prêt



Hypothèque: les banques ont commencé à resserrer leurs conditions de prêt


© Tero Vesalainen – Getty Images
Hypothèque: les banques ont commencé à resserrer leurs conditions de prêt

Sous la pression de Bersi et des régulateurs, les banques ont resserré les conditions pour les prêts hypothécaires. Ils jouent sur ce point de plusieurs manières, notamment en augmentant la contribution personnelle requise, en raccourcissant la durée du prêt ou en introduisant des quotas. Ce qui exclut les ménages à faible revenu mais aussi les investisseurs.

Les effets sont immédiats. En janvier 2020, le crédit hypothécaire moyen a fortement chuté. Il est passé d'une moyenne de 232,3 à 226,7 mois, tombant en dessous de 19 ans. Un niveau comparable à celui observé fin 2018. Les raisons de cette baisse sont clairement identifiées par les intermédiaires de crédit: recommandations du HCSF, piloté par le ministre de l'Économie et des Finances, Bruno Le Mor, et dans lequel siège la Banque de France.

Parmi les grands axes disciplinaires formulés par l'Autorité, on trouve une interdiction de prêt pour des périodes supérieures à 25 ans, mais surtout une restriction drastique des prêts dépassant la règle de la dette de 33%. Dans le cadre d'un prêt immobilier, le montant des mensualités ne doit pas dépasser un tiers du revenu net de l'emprunteur.

>> Lire aussi – Prêt immobilier: exclus de plus de 100 000 ménages modestes d'ici 2020?

Si les banques ont un matelas confortable – 15% des prêts accordés pourront enchaîner les recommandations du HCSF – elles sont toujours obligées de modifier leurs politiques. En particulier, la disparition des prêts sur 30 ans oblige certains ménages à emprunter sur 25 ans maintenant pour entrer dans le budget. Pourtant, certains établissements sont zélés, explique Sandrine Allonier, porte-parole du courtier Vousfinancer: «Certains nous ont déjà envoyé des instructions que nous aimerions prêter depuis plus de 20 ans, l'objectif étant de 60% des prêts accordés. "

Le cas d'un couple au salaire minimum n'est plus accepté aujourd'hui

Toutes les victimes ont été retrouvées, note-t-elle: «Les recommandations sont à la tête de toutes les banques et elles sont très prudentes. Certains couples à faible revenu ou au salaire minimum décédés en 2019 ne sont plus acceptés par les banques aujourd'hui. "Au bord du financement, ces ménages doivent désormais faire davantage de" contributions personnelles "pour obtenir un prêt", confirme Ulrich Morrell, président de la maison de courtage European Credit Company: "Les banques ont systématiquement besoin d'au moins l'argent nécessaire pour couvrir leurs frais de notaire et de transfert. pour éviter le phénomène de surfinancement. Cela représente environ 10% du montant du prêt. Jusque-là, les ménages peuvent facilement emprunter sans épargne personnelle. "

>> Notre service – Trouvez l'hypothèque la moins chère avec notre comparateur

Tout d'abord, et c'est moins évident, les investisseurs immobiliers subiront des dommages collatéraux des décisions de Bersi et de la Banque de France. Ceux qui peuvent généralement atteindre 35% de la dette ne pourront pas bénéficier des exonérations accordées par les régulateurs. Les banques réservent leurs «jokers» aux primo-accédants car ces derniers doivent constituer au moins les trois quarts des dossiers non conformes. "Ils n'ont pas de décision, désolé Ulrich Mauril. Le phénomène devrait s'intensifier fin février, lorsque les recommandations seront pleinement mises en œuvre. Par ses décisions, le HCSF veut orienter les investissements immobiliers vers les investissements en actions. "

Le prix du crédit augmente en 2020

Au total, selon Philip Taboret, directeur adjoint du courtage de Cafpi, ces nouvelles règles du jeu, associées au phénomène d'usure, ont doublé le nombre de refus de financement de 10 à 25% des dossiers déposés. Pire, ajoute Vousfinancer: "Tous ces éléments nous permettent de confirmer que la production de crédit peut baisser de 20% en 2020".

>> Lire aussi – Prêt hypothécaire: si votre dossier est un cancer, prenez une assurance

Plus encore qu'en février, les courtiers ont constaté un zoom agrégé supplémentaire sur toutes les échéances et tous les comptes. Il n'est plus possible d'emprunter moins de 1% en 25 ans, alors que les meilleurs dossiers peuvent emprunter 0,75% sur la même période il y a quelques semaines. Le taux moyen sur 25 ans a également augmenté, à 1,5%. "En plus des mesures HCSF, les banques demandent aux clients de souscrire leur propre assurance emprunteur tout en augmentant les frais administratifs. Cela devient plus difficile et plus cher à financer », explique Philip Taboret.

Que pouvons-nous attendre d'une longue période de resserrement du marché hypothécaire? Pas tout à fait, explique Florence Amfux, responsable communication de la Société Générale: "A ce stade, le SJC ne fait que des recommandations. Des discussions sont en cours avec l'ACPR (Editeur et résolution, ndlr), qui réfléchit à la manière de le mettre en œuvre. "